Aussi libres qu’un rêve – Manon Fargetton

6.5

 

 

 

Roman à découvrir chez Castlemore

◄ Résumé ►

Terre. Fin du 21ème siècle. La population vit au rythme de la Loi des Dates de Naissance. Etre né en début d’année vous garantit l’accès aux métiers les plus prestigieux – chanteur, écrivain, présentateur télé, comédien. Avoir vu le jour en fin d’année vous impose les postes les plus ingrats – dont celui de nettoyer le fond de l’océan envahi par des algues. Silnëi et Minöa sont sœurs jumelles, nées à quelques minutes d’écart : si la première bénéficie de tous les avantages du mois de Janvier, la seconde doit se plier aux règles de Décembre.

Lorsque Minöa rencontre Kléano, le chanteur d’un groupe de rock clandestin composé de natifs de fin d’année, l’avenir s’éclaircit : et s’il était possible de renverser l’ordre des choses ?

× Avis ×

J’avais déjà lu d’autres livres de Manon Fargetton, que j’avais apprécié, et lorsque j’ai vu que ce titre faisait partie de l’offre promotionnelle #LaGrosseOp’ de Bragelonne, je n’ai pas hésité : pour 0.99€, j’ai pu lire la version numérique d’Aussi libres qu’un rêve.

Le synopsis reste assez convenu. Des jeunes se rebellent contre le système qu’on leur a imposé, rêvant d’un monde meilleur et poussés par des adultes qui n’attendaient que la nouvelle génération pour faire changer les choses. Cela n’empêche pas Manon Fargetton de glisser quelques piques envers la société, notamment sur la pollution et l’avenir que nous réservons à notre planète si nous ne prenons pas garde à la surconsommation et à l’environnement.

Pourtant, le livre reste agréable. J’ai apprécié la mise en place d’un univers futuriste sans pour autant que ce soit une débauche de gadgets en tous genres. Chaque élément apporte un petit plus qui permet de construire un monde crédible et s’intègre parfaitement au récit. On n’est pas étouffé par des paragraphes d’explications pour nous parler de détails qui n’apportent rien, tout est précis et utile. Ce qui amène souvent à deviner les éléments « à suspens » du roman assez vite, mais évite d’alourdir la lecture et de donner un récit soporifique.

Les personnages sont globalement attachants, bien que leurs réactions soient parfois un peu trop stéréotypées. J’ai apprécié les quelques poèmes/chansons que Manon Fargetton a glissé dans son récit, certains vers étaient parfois un peu naïfs mais collaient bien au message général et s’harmonisaient avec le reste du texte.

C’est d’ailleurs d’une des chansons que vient le titre du livre, et si j’étais un peu sceptique par rapport à sa « naïveté » apparente, après avoir lu la dite chanson, je me suis ravisée : au final, ce vers donne tout son sens au titre et je pense que le choix de Manon Fargetton a été parfait.

La première partie met rapidement l’intrigue en place, soulève des questions, rapproche les personnages principaux, apporte également un nombre important de réponses. La deuxième partie, plus courte et plus condensée, sert à finaliser le récit par « l’affrontement final » entre les héros et l’antagoniste. Si l’enchaînement reste plutôt prévisible, un élément de la fin, que je n’avais pas du tout vu venir, m’a totalement surprise et apporte du relief au roman.

En bref, Aussi libres qu’un rêve est un roman frais qui se lit très rapidement avec un univers simple mais bien construit, au scénario certes un peu convenu mais comportant assez d’éléments originaux pour profiter d’une lecture sympathique.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :